Scolaire

Dimanche 5 Novembre 2006

Exporter – Editions Foucher
Un ouvrage pour tous les étudiants en commerce international ou professionnels de l’export qui souhaitent trouver des réponses à ces quelques questions :
- Quels aspects prendre en compte avant d'engager son entreprise dans l'export ?
- Quels outils concevoir pour gérer au quotidien son entreprise internationale ?
- Quelle organisation mettre en place, dans une entreprise fortement internationalisée, pour consolider sa position ?

Il s’agit d’un manuel collectif, rédigé par onze auteurs, tous spécialistes des affaires internationales, qui souhaitaient publier un ouvrage « référence ». Pour plus d’indications, n’hésitez pas à consulter ce site : www.exporter.editions-foucher.fr.

Mon avis :
Malgré un volume impressionnant (650 pages au total), ce livre, plus que complet, m’a vraiment accompagné dans mes études, pour réaliser des diagnostics export. J’ai notamment apprécié consulté les 65 fiches techniques, qui récapitulent des concepts clés, à partir de schémas clairs et de données récentes…les Incoterms n’auront bientôt plus de secret pour vous !

Mon conseil :
Non seulement, il aidera les étudiants à réussir leurs études internationales, mais il sera aussi les accompagner dans leurs débuts de carrières.

Emilie Genévrier


Scolaire


English in the news – Eloi Le Divenach
Un indispensable pour les étudiants en anglais et les téméraires qui veulent lire chaque matin le « Times » dans sa langue d’origine !

Cet ouvrage de poche permet d’enrichir son vocabulaire, en acquérant de manière graduée et progressive les termes indispensables de 24 sujets d’actualité, des problèmes du Tiers-Monde aux faits divers. Ils s’adressent à ceux qui « veulent maîtriser et apprendre l’anglais tel qu’on le parle et l’écrit aujourd’hui ».

Mon avis :
Un de mes professeurs d’anglais avait imposé ce petit volume dans son cours et je dois reconnaître, après quelques années de pratique et de prise de contacts régulière avec les journaux anglophones, qu’il est extrêmement pratique. Fonctionnel, car le vocabulaire thématique est divisé en 3 parties : « Vocabulaire à haute fréquence », « Vocabulaire complémentaire » et une liste d’expressions et de locutions idiomatiques. Efficace, grâce aux exercices d’entraînement : des articles tirés des plus grands quotidiens et hebdomadaires britanniques, pour mettre en application le vocabulaire fraîchement acquis et apprivoiser l’univers de la presse anglophone.

Mon conseil :
Un très bon guide pour les LEA débutants, qui doivent dompter le vocabulaire économique, social, politique et commercial.

Emilie Genévrier


Loisirs


Le livre de l’origami – Didier Boursin
L’origami, ou pliage du papier, est une discipline japonaise, qui d’art cérémonial shinto est devenu une technique à part entière pour créer des objets utilitaires ou décoratifs. Ces offrandes de papier blanc, épurés et porte-bonheur à leurs origines, ont séduit les architectes ou les ingénieurs, en quête de nouvelles formes et de structures complexes. Un de ses illustres inconditionnels n’est autre que Léonard de Vinci, qui utilisa notamment l’origami pour améliorer ses connaissances en géométrie et aérodynamisme : il avait cerné l’essence même de cet art « lier savoir et plaisir » !

L’auteur de ce livre, créateur-origamiste depuis une vingtaine d’années, nous propose 60 modèles, du simple avion en papier, pour émerveiller vos enfants, à la chaîne des tétraèdres, destinée aux plieurs confirmés.

Mon avis :
Cet ouvrage vous invite dans un monde de magie, où règne harmonie, précision et rigueur. Ce qui m’a vraiment plu par rapport à d’autres manuels plus spécialisés, c’est son aspect hétéroclite : boites, récipients, cartes, enveloppes, avions, animaux, pliages animés…de quoi plaire à toutes les tranches d’âge. Et d’ailleurs ce livre est pensé pour tous, grâce à son échelle de difficulté. Ce qui permet à chacun d’aborder l’origami à son rythme : de l’acquisition du langage de base et de la légèreté des gestes, jusqu’aux pliages ardus qui demandent un esprit chevronné et une dose impressionnante de patience.

Mes conseils :
  • Ne vous lancer pas tête baissée, commencez par maîtriser parfaitement les mouvements et les combinaisons de plis basiques, en introduction du livre.
  • Utilisez des papiers fins, mais solides (certaines marques vous proposent désormais des blocs carrés prêts à l’emploi). Mais osez varier les textures et les couleurs pour apporter de la densité et de l’originalité à vos créations.
  • Certains pliages raviront vos enfants, comme « La petite bête qui monte » ou « Les grenouilles sauteuses », alors n’hésitez pas à les faire participer. Ce loisir canalisera leur énergie et déploiera leur vision de l’espace.

Emilie Genévrier


Roman

Jeudi 2 Novembre 2006

L'invitée - Simone de Beauvoir
Si comme moi, vous êtes intrigués par la relation passionnelle qui unissait le mythique couple Beauvoir/Sartre, « L’invitée » le premier roman du Castor (édité en 1943) vous donnera quelques clés sur leur « pacte », sur une de leur relation triangulaire avec une jeune élève de Simone, Olga Kosakievicz (ici Xavière) et sur le fonctionnement de leur « petite famille » : amis et amants qui partageaient leur vie souvent à tour de rôle.

Il m’est très difficile de résumer ce roman quasi autobiographique tellement la complexité des sentiments qui y sont traités fait appel à nos propres ressentis -pour ne pas écrire ressentiments- avec toute la grâce et la philosophie d’une femme comme Simone de Beauvoir…

Françoise et Pierre forment un couple d’intellectuels à la vie sociale dense dans le Montparnasse des années 30. Un jour, Françoise décide de prendre sous son aile une jeune fille Xavière qui se révèle à la fois précieuse, fragile, capricieuse, touchante, orgueilleuse et encombrante ! Peu à peu, Pierre adopte également la jeune fille et Françoise la lui abandonne. Ce roman narre, du point de vue de Françoise, cette relation à trois qui détruit doucement son couple ; elle n’a de cesse de lutter contre sa jalousie tout en la niant.

J’ai dévoré ce livre plus féminin que féministe tout en ayant l’impression d’en apprendre plus sur Sartre, presque une biographie !

Céline Richard


Santé

Mercredi 1 Novembre 2006

Les clés du bien-être - Marie Borrel
Les clès du bien-être au quotidien, pour être bien dans sa tête et sans son corps, de Marie Borrel de France Loisirs. C'est un guide simple où vous trouvez tous les éléments liés au bien être à partir de nos sens avec les explications et les thérapies associées accompagnées de photos et d'exercices. 8 chapitres composent ce guide:

- la respiration: comment respirer et se relaxer avec les différentes techniques

- le goût: comment bien manger et des recettes bio en fonction des besoins (antistress, minceur, anti-âge, anti-fatigue...) la diététique énergétique chinoise...

- l'ouïe: Comment perçoit-on les son? l'ouïe et le bien-être, les pouvoirs de la musique...

- l'odorat: les parfums, les odeurs du passé, les huiles essentielles...

- la vue: les couleurs et leurs effets, le maquillage et la beauté..

- le toucher: les massages et différentes techniques comme le shiatsu et la reflexologie

- le "sixième sens": équilibre et mouvement, se réconcilier avec son corps, des postures et des exercices de gymnastique, l'énergie avec les techniques chinoises comme le qi gong..

- les sens en sommeil: la relaxation, les pensées (positives..), la mémoire, les émotions et l'art de s'aimer.

Ce livre illustre bien l'article de Vanina sur les pensées positives et la quête d'une meilleure image de soi. Il est simple et même s'il ne détaille pas les différents points il en donne les principaux éléments.

A feuilleter et à lire de temps à autre pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête!!

Catherine Chateau-Artaud


Roman


Train de nuit pour Lisbonne - Pascal Mercier
Éditions Maren Sell

Ceux qui aiment prendront le train !

La vie de chacun peut basculer à tout instant. Cela vaut pour un professeur de langues anciennes. La rigueur même. L’érudition personnifiée.
Si le thème n’a rien de neuf, il se régénère dans le roman du bernois Pascal Mercier en collusion avec d’autres plus inventifs. Comme le lien de chacun à la langue. L’impact des mots et de leurs sonorités sur une vie. La culture peut-elle remplacer Dieu ?


Une femme sera à l’origine du séisme. Une apparition mystérieuse dont Raimond Gregorius, dit « Mundus », ne connaît que le pays natif, le Portugal.
Cet homme pour qui les mots sont chair fera aussitôt une deuxième rencontre : celle d’un livre. De ceux qui vous font tout quitter. Ecrit en portugais, la langue envoûtante de l’inconnue. La nouvelle voie de l’Inconnu. Le fruit défendu. L’une des rares langues dont l’érudit ignore tout. La tentation est trop forte, le professeur sèche ses cours et part.

Grammaire portugaise en poche, il embarque pour Lisbonne, pris par le double désir de retrouver la belle inconnue et de recomposer l’histoire d’Amadeu de Prado, écrivain auto-édité aux longues phrases implacables entre Montaigne et Pessoa. Un philosophe de l’âme, un « prêtre sans église ». Le désir de la langue prend alors le pas sur le désir de la femme. Mundus, le professeur qui synthétisait le monde pour ses élèves, tous confits en dévotion, aura à affronter le monde physique. Seul, déraciné, sans statut, sans aucun auxiliaire qu’un livre à déchiffrer.

Projeté dans le rôle du biographe, l’anti-héros myope se confronte à ce vivant qu’il élude en enseignant latin, grec et hébreux. Il part à l’assaut d’une langue et d’un pays qu’il ne connaissait pas la veille. Lit dans une école pleine de rats pour se mettre en contexte. Reconstituer la vie ténébreuse d’Amadeu de Prado liée à l’histoire du Portugal est une manière de mettre en perspective la sienne.

Une narration émaillée de longues citations du livre fictif d’Amadeu de Prado. Avec des passages forts qui revigorent l’esprit et d’autres plus dispensables, car ralentissant l’intrigue. Ce parti pris d’un livre dans le livre était difficile à tenir. L’oeuvre fictive, voix autonome, finit par dépasser l’intrigue, par l’écraser. Dans le fond et dans la forme.

Pascal Mercier, philosophe de métier a-t-il voulu mettre en exergue un pan de son travail ?
Un roman d’une rare qualité de langue et de pensée qui ne faiblit au fond que par ses choix narratifs.
Elise Mark-Walter


Enfants


Le monde de Narnia - Clive-Staples Lewis
Editeur : Gallimard Jeunesse
Catégorie : Jeunesse


Commentaire

Quand une porte entre deux mondes s’ouvre, qui sait ce qui nous attend de l’autre côté !

Grand classique de la littérature jeunesse anglo-saxonne, les fables de Narnia sont aussi accessibles aux adultes dont l’imagination est toujours féconde. C’est un peu comme une petite pause dans nos vies, dans laquelle notre enfance semble se rappeler à nous, en disait "Te souviens-tu de tes rêves ?"

Mais Narnia n’est pas qu’une jolie histoire ; malgré toute la magie du cœur humain, les laideurs de notre monde y sont présentes. C’est donc aussi un conte initiatique, dans lequel les héros font face à leurs propres bassesses, sous l’œil attentif d’Aslan, qui les guidera dans la lutte entre le Bien et le Mal.

Poussez la porte : le pays de l'imaginaire vous attend !

Notes

Le Monde de Narnia est aujourd’hui disponible sous forme de recueil, où l’on retrouve les sept tomes composants l’œuvre de Lewis. On peut aussi acheter chacun des tomes séparément.

Tome #1 ~ Le Neveu du magicien
Tome #2 ~ L'Armoire magique
Tome #3 ~ Le Cheval et son écuyer
Tome #4 ~ Le Prince Caspian
Tome #5 ~ L'Odyssée du passeur d'Aurore
Tome #6 ~ Le Fauteuil d'argent
Tome #7 ~ La Dernière bataille

Julie Duteis


A propos des auteurs

Lundi 30 Octobre 2006

Elise Mark-Walter
Vingt mille lieues sous les livres
De la cartographie du langage et de sa quintessence, la littérature, émerge un continent qui fascine. Le seul au fond que nous n’ayons pas épuisé. Exempt de gaz à effet de serre, parfaitement recyclable, il ne cesse de se réinventer bien que lui aussi fragile et exposé aux déprédations.

Quae sum ?
Journaliste magazine et reporter, cette attention portée aux mots quel que soit leur contexte s’est éveillée en moi comme en chaque enfant par la lecture de contes. Très vite je « squattais » la délicieuse bibliothèque de mon grand-père, riche en livres d’art et de sciences humaines. A onze ans ce fut le choc. Le séisme, la révélation. L’Éducation Sentimentale de Gustave Flaubert me tomba entre les mains. Je le bus d’une traite et ce fut le commencement d’une soif insatiable – irréfragable - pour les mots qui me conduisit à une formation universitaire et concours en adéquation avec elle.
Depuis j’écris dans les marges de leur génie avant de m’adosser à mon tour face à l’écritoire, plus rarement satisfaite.

Mes lectures favorites :
Littérature française et étrangère, contemporaine ou classique. Polar, poésie, essais de sciences humaines (particulièrement ethnologie et anthropologie), géopolitique, récits de voyage et de montagne, guides gastronomiques et ouvrages liés au vin. Livres d’art et photographiques. Belles éditions anciennes ou nouvelles lithographiées.

Mes auteur(e)s :
Inventaire difficile. Ceux ou celles qui m’ont construite, outre Flaubert : Joyce en tout premier lieu. Mais aussi Alexandra David-Neel, Borges, Jack Kerouac & London, Virginia Woolf, Marivaux, Pierre Bayle, le baron d’Holbach, Condorcet, Saint-Just, Rimbaud, Mallarmé, Tolstoï, Pierre Leiris, T.S.Eliot, Denise Levertov, Jean Genet, Jean-Patrick Manchette, P.d. James, Brigitte Aubert, Asturias, Yourcenar, Faulkner, Hemingway, Stevenson, Melville, Cervantes, Empédocle, Catulle, Spinoza. Le monument épique Cent ans de solitude de Garcia Marquez qui ne se reproduisit pas dans l’œuvre de l’auteur.
Sade à la lumière de Saint Augustin.
Je ne rate plus un Henning Mankell et lis avec beaucoup de plaisir Fred Vargas.

Mon blog: http://emkw.blogemploi.com


Roman

Samedi 28 Octobre 2006

L’Enfant Bleu - Henry Bauchau
Dans le Paris des années 70, Véronique, est psychothérapeute dans un « hôpital de jour » qui accueille des enfants perturbés. Parmi eux, Orion, âgé de 13 ans est psychotique et fait des crises très fréquentes. B[Intriguée par son imagination et sa capacité à entrer dans les histoires qu'elle lui raconte, Véronique tente de le libérer de ses démons en l'emmenant vers le dessin et la sculpture]b où il semble avoir du talent et des facilités.

Dans ce roman, Henry Bauchau nous livre son expérience de la psychose et son analyse. Il aborde ainsi les thèmes de la folie, de la souffrance, du chaos mental et de l'art brut. Au fil des pages je me suis attachée autant à l’enfant qu’à sa « psycho-prof un peu docteur » car leur cheminement difficile, pour l’un comme pour l’autre, nous est décrit de manière très réaliste.

B[Ce livre nous ouvre au monde de ceux qui ne sont pas comme les autres et qui pourtant ont une immense richesse en eux et à apporter à la société : il nous ouvre à plus de tolérance.]b

Nathalie Chateau-Artaud


Autour des livres

Jeudi 26 Octobre 2006

La joie de la lecture d’un journal
B[Quand on n’est pas bien installé sur une grande table, c’est un vrai calvaire de lire un journal !]b

L’autre jour, dans la salle d’embarquement d’Orly, ayant un peu de temps devant moi, je prends 2 journaux (Le Monde et le Herald Tribune, histoire de lire des choses intéressantes. B[Je n’ai pas tenu longtemps !]b

N’étant pas confortablement installée chez moi, une vraie bataille s’est engagée ! Il fallait tenir le journal tout en essayant de le lire puis ensuite essayer de tourner la page, qui ne se tourne pas bien, puis rebelote pour la page d’après à tel point que le journal ne ressemblait plus à grand chose à la fin et que cela n’a pas été un moment très agréable de lecture.

B[Les journaux quotidiens présentent indéniablement beaucoup d’inconvénients :]b
L[Des formats pas du tout pratiques et peu étudiés pour être facilement consultables.]l
L[L’encre vous reste toujours sur les doigts.]l
L[Les articles sont trop longs. Souvent beaucoup de lignes pour peu de message au final.]l

B[Alors voilà, on comprend mieux l’engouement pour l’information en ligne et pour les blogs :]b
L[Le lecteur va de suite à l’essentiel.]l
L[Souvent un résumé se trouve en tête de page et les articles sont généralement plus courts.]l
L[L’information est directe, pratique à consulter.]l

B[Bien sûr le online ne pourra pas remplacer le plaisir de la lecture sur papier,]b que l’on peut emmener partout et balader dans son sac, mais il serait fort agréable que les éditeurs repensent les formats afin de nous en rendre la lecture plus agréable. Certains journaux régionaux l’ont fait récemment avec de beaux résultats (c'est le cas du Corse Matin par exemple). B[Peut-être que du coup nous les lirions plus ?]b

Vanina Delobelle


1 ... « 45 46 47 48 49 50