BD


Mon année - Jean-David Morvan & Jiro Taniguchi
« Mon année », c’est la rencontre de Jean-David Morvan, scénariste français confirmé, et de Jirô Taniguchi, dessinateur japonais, étonnamment inspiré par des paysages normands en aquarelle qu’il n’a pourtant pas l’habitude de porter sur ses planches de mangaka. Un manga format BD, colorisé, avec couverture hyper-rigide, à feuilleter dans le sens de lecture latine, qui évoque avec pudeur et humanité le thème de la trisomie 21.

L’histoire en quelques mots…
Capucine, 8 ans de vie, 8 années à ressentir le mal-être, les incertitudes, les conflits que provoquent sa condition, mais aussi les infimes moments de bonheur générés par un progrès ou un sourire lors d’une séance d’équitation d’éveil. Son handicap, lourd mais pas fourvoyant, contraint néanmoins sa directrice d’école à suggérer à ses parents un placement en IME. Un sigle difficile à envisager pour l’avenir de leur fille et trois lettres qui vont les conduire à se déchirer, s’éloigner voir à se perdre, tant la souffrance et le désespoir les morfondent. Des états, des attitudes, des changements comportementaux que Capucine ressent, interprète avec ses yeux d’enfants et qu’elle confie parfois naïvement à son chien « garçon ».

Mon avis…
Pas d’édulcorant, pas de mièvrerie, pas de guimauve pataude, juste une intelligence, une prise en compte et en charge de chaque personnage, une étude poussée de leur ressenti et une finition professionnelle ressortent de ce premier volume, nommé « Printemps ». Le récit peut certes paraître lent, stagnant, mais il laisse le temps aux lecteurs de mûrir chaque question soulevé : est-il possible d’assembler sans fausses notes les pièces du puzzle vie de famille-vie conjugale, quand un petit être trisomique est venu compliquer et embellir la donne ? N’a-t-on pas tendance à fuir, à chercher l’oxygène loin des nôtres, trop porteurs de souvenirs et de traits soucieux ? Les yeux d’un enfant souffrant de ce symptôme sont-ils plus concrets ou bien plus rêveurs ? Les auteurs n’enfoncent pas non plus ce thème dans une lourdeur glauque et dérangeante, les situations sont justes réalistes, les mots profonds, mais non pesants. Au contraire, les croquis colorés allègent et fluidifient l’histoire, même si les traits du mangaka sont assez mécaniques et répétitifs. J’aurai peut-être apprécié avoir plus de nuances dans les regards, notamment pour mettre en exergue les angoisses et appuyer davantage le texte de Jean-David Morvan.

J’attends désormais la venue de « l’été », avec une certaine impatience, pour comprendre où aboutira chaque protagoniste, pour profiter à nouveau de ce ton franc et sans équivoque, mais également de ces sentiments, ni simplistes ni moroses, mais tout bonnement vrais.

Emilie Genévrier

Fin de saison et autres récits - Pierre-Olivier Lombarteix
Une couverture pure et apaisante, aux couleurs douces et diffuses, placée au rayon régionalisme de mon fournisseur officiel de mots, m’a permis de découvrir ce recueil de nouvelles. Cet ouvrage aurait droit, en toute honnêteté et impartialité, à un classement noble au rayon romans et littérature. Car certes, il s’agit d’un auteur de mon fief castelroussin, mais il mérite que ses digressions sur la vie s’étendent hors des frontières du Berry.

Délicat de résumer en quelques termes toutes les mélancolies, les cassures, les chutes, les grands huit et l’amour acidulé retranscrits dans cette « Fin de saison ». Je vous laisse parcourir la sélection de l’éditeur :
« Mon grand-père repose maintenant dans son village d’Auvergne, face à la montagne qui l’a vu naître et vivre mais qui ne l’a pas vu mourir. On va fermer la maison. Assis, dehors sur une pierre volcanique sombre et granuleuse, je tire machinalement sur ma cigarette. Je regarde, les yeux embués, la montagne à laquelle il est désormais lié dans l’éternité. Après toutes ces années à ses côtés, les souvenirs se bousculent et s’emmêlent dans ma tête…».

J’ai un amour particulier pour les chroniques, les instants de vie, les personnages doués d’une réalité psychologique. Alors je n’ai pu être que convaincue par cette parcellisation du temps en vingt-et-une séquences, de cette douleur traumatisante de naître à cette libération de fin de vie, qui humidifie les yeux des descendants et leur fait fermer les volets de la maison des souvenirs. Bonheurs contre troubles, douceurs contre amertumes, cette oscillation entre les différents récits m’a tout simplement ému et fait écho, comme elle pourrait toucher chacun de nous. Il ne s’agit pas des « Nouvelles sous ecstasy » de Beigbeder, pas d’autodérision, pas d’amour-propre joyeusement lacéré, mais un point commun: « Avons-nous besoin d’une pilule pour raconter notre vie à des inconnus ? Alors qu’il y a la littérature pour ça ? ». Pierre-Olivier Lombarteix a répondu à cette interrogation, en ne choisissant pas de décrire sa vie, mais la vie de tous : de ceux qui savent vivre l’amour avec légèreté, de ceux qui maudissent les dimanches vides de sens ou de ceux qui croient au pouvoir du dialogue quitte à étiqueter à leur blouson une image de « parents hors de la réalité qui croient que main levée égal échec ».

Le cadre est poétique, l’écriture fluide et évidente. Les récits sont brefs, mais intensifient l’effet produit par le texte, toujours empreint d’un charme classique. J’ai été surprise qu’un homme puisse faire couler les mots avec cette sensibilité à fleur de peau et étonnée également qu’il utilise le « e » à la fin du mot professeure, preuve d’une reconnaissance ultime. J’ai été encore plus abasourdie de lire cette lettre de Marie au Seigneur, qui montre un amour et un respect profond pour les femmes de notre Terre, toutes sans restriction : un réel coup de cœur que cette nouvelle pour la pseudo-féministe que je persiste à porter en moi. Alors merci !

Emilie Genévrier

BD


RistoranteParadiso/Gente – Natsume Ono
Buongiorno e benvenuto al ristorante Casetta dell'orso ! Un restaurant romain, où des gentlemen serveurs, tous sosies grâce à leur uniforme de charmeurs mâtures, accueillent des dames, pantoises d’admiration et conquises par une « galant-ittude » surannée, dont la jeunesse italienne s’est malheureusement détournée. Venez découvrir le quotidien de Nonno, l’homme politique égaré qui consulte sa petite-fille Rosa chaque matin en tant que grande devin prédicatrice, de Nicoletta qui s’amourache péniblement d’un homme d’âge, plus certain que mûr, ou bien de Lorenzo face à une paternité tardive et inopinée.

Mon avis :
C’est un voyage, sans continuité temporelle logique, dans la Vera Vita. Un manga tranche-de-vie aux accents italiano, où la cuisine raffinée sud-européenne et où le charme de latins cinquantenaires, porteurs de lunettes de presbytes et aux vestons bien coupés, prennent tout leur sens.
La classe italienne anoblie par une bd japonaise et une mangaka ! Un beau paradoxe que nous propose son auteure, Natsume Ono, qui lasse de son ancien pseudonyme Basso, n’en a pas pour autant quittée son coup de crayon yaoi (mangas dédiés aux relations amoureuses homosexuelles)
et sa passion pour les personnages androgynes : Claudio, Luciano, Vito…ont tous cette allure bishonen (c’est-à-dire féminisée), longilignes, aux visages creusés, aux traits marqués, pas nécessairement montrés sous leurs plus beaux atours, mais vrais, authentiques, comme l’est l’Italie.
Le style graphique y est en effet épuré, il peut être déconcertant car un brin alternatif pour certains
traditionnalistes, quelque peu sec et abrupt, mais pas austère pour autant, rassurez-vous. En tous
cas, il est reconnaissable, fin, avec une patte bien stylisée, et même la couverture, plus épaisse avec
effets relief au toucher, m’a attiré par sa cassure avec tous les codes existants. Les caractères sont
attachants et réalistes. Les focalisations par chapitre sur chaque personnage sont bien montées et
fouillées.
Je vous conseille de commencer par la lecture du one-shot « Ristorante Paradiso », pas une
préquelle, mais un passage obligé pour bien assimiler l’ambiance si particulière qu’a su instaurer
la mangaka. De passer ensuite par l’étape animé, le petit bijou du moment. Puis vous serez fin prêt pour découvrir le triptyque « Gente ». Une chronique, un peu courte à mon goût, qui aurait pu prolonger son existence à travers les décennies, mais qui permet à ce petit monde ordinaire de devenir sympathiquement attachant et qui nous donne ainsi envie de nous promener dans les ruelles
de Rome en quête du fameux paradis.

Emilie Genévrier

Histoire

Samedi 17 Juillet 2010

Le Congrès - Jean-Guy Soumy
Pour les amoureux de roman historiques voici un sujet qui n'a pas encore été abordé sur la fin XVIIème siècle.

C'est une famille de protestants pourchassés qui demande refuge à un jeune bâtisseur dont le père est employé par Louis XIV. Le jeune homme tombe sous le charme de la jeune femme mariée qui fait parti du groupe et il décide de les aider à s'enfuir. Lorsque le groupe réussit à atteindre le port pour embarquer pour l'Angleterre la jeune femme demande au narrateur de retrouver sa soeur.

Il retrouve celle-ci et tombe amoureux de cette fille qui a du se convertir pour pouvoir sauver les biens des fugitifs. Lorsqu'il la demande en mariage elle lui apprend qu'elle a été violée par un groupe d'homme. Les époux décident d'aller à Versailles au côté du père de Guillaume pour ne pas être là où Jehane a tant souffert.

Malheureusement la soeur du frère décédé va intriguer pour que son fils puisse succéder au père de son mari à la place de son beau-frère. Pour cela elle va dire que son beau-frère est impuissant ce qui était une tare importante. Tout le système justicier se met en route et le couple va devoir passer devant le congrès afin de ne pas tomber dans le déshonneur et tout perdre. L'épreuve du congrès consistait à faire l'amour en public avec mesures et prélèvements du sperme. Cette épreuve dégradante n'était pas du tout évidente et l'issue en sera douloureuse.

Un beau livre qui montre la dureté de l'humanité!

Catherine Chateau-Artaud

Roman

Dimanche 4 Juillet 2010

Longtemps - Eric Orsenna
Voilà un livre qui ne m'a pas laissée indifférente, parfois passionnée et parfois énervée, trouvant l'écriture magnifique et parfois ne comprenant pas de quoi parlait l'auteur mais l'ensemble est quand même plus qu'intéressant.

Il parle d'un grand jardinier marié qui tombe amoureux d'une femme dès qu'il la voit. Il quitte immédiatement sa femme et va se mettre en quête de trouver celle qu'il n'a vu qu'un moment.

Pour la revoir et la séduire il va être le professeur de ses enfants qui prennent des cours par
correspondance. Ses corrections seront tellement originales que les enfants en parleront à leur mère et ainsi le lien s'établira. Bien sur, elle tombera amoureuse de lui mais elle ne voudra jamais quitter son mari et ses enfants étant trop à cheval sur la morale d'autant que c'est une grande diplomate qui donne l'image de l'épouse modèle.

Pendant trente cinq ans il attendra cette femme qu'il adore. Il se contentera d'attendre que celle-ci
l'appelle pour passer du temps avec lui. Chaque fois elle cherchera à rompre et il restera parfois longtemps à l'attendre. Il désirera parfois que la rupture soit réelle mais il sera toujours prêt à la retrouver. Gabriel souffrira beaucoup de cette situation et de cette attente mais jamais il n'en fera de reproches à Elisabeth.

Ce qui m'a plu:
  • Cet amour inconditionnel où la personne met toute son intelligence pour étonner l'autre et pour lui donner du bonheur,
  • L'écriture souvent très belle avec des passages très émouvants et parfois drôles.

Ce qui m'a déplu ou énervé:
  • Cette souffrance infligée qui ne semble pas tolérable car pour moi il n'y a pas d'amour véritable lorsqu'on fait souffrir l'autre,
  • Des passages tarabiscotés que je n'ai pas compris ou ressitués.

Dans l'ensemble je pense que le lecteur appréciera ce roman et cela d'autant plus s'il est romantique!

Catherine Chateau-Artaud

La Déambulation des Cœurs - Grégory Laburthe Tolra
J’ai découvert un roman fabuleux, un petit bijoux ; et je ne peux pas ne pas en parler !

Il s'agit de La Déambulation des Cœurs, de Grégory Laburthe Tolra. On le trouve peu en librairie. Il n'est pas très connu ; c'est un ami qui me l'a prêté.

Sous couvert de roman fleur-bleue, il s'agit d'une merveille de poésie, une sorte d'Émaux et Camées moderne. L'écriture est un brin désuète, le style agréablement frais.

Mais ce qui m'a laissée véritablement pantoise, c'est la densité du texte : ici, un dialogue anodin recèle une multitude de réflexions d'une phrase, d'un mot ; là, une introduction glisse discrètement une pensée, trop fine et trop intelligente pour ne pas avoir à poser le livre sur ses genoux, une seconde, et y réfléchir.

La romance est banale, deux jeunes artistes, écrivain et sculpteur, cherchent leur place dans la société, recherchent l'amour. Mais ce roman a trouvé sa place dans ma bibliothèque, et ne la quittera que pour de prochaines relectures !

Si vous avez l'occasion, si vous trouvez ce roman par hasard, ou encore si vous avez quelques euros à dépenser dans une librairie sur Internet, n'hésitez pas ! Auquel cas je serais ravie de recevoir votre réponse, votre avis...

Marie-Anne Dagues

Priceminister: Toutes les entreprises ont été petites un jour - Pierre Kosciusko-Morizet
L'entreprise Priceminister est bien sûr connue par tout le monde ne fusse que par son nom mais peut être ne saviez-vous pas que son PDG et fondateur est Pierre Korciusko-Morizet?

Au départ pourtant l'entrepreneur a connu un échec avec sa première entreprise qui a mis la clés sous la porte mais comme il le dit lorsque l'on a connu la fièvre de le création il est difficile de ne pas avoir envie de tenter une seconde expérience. De plus si en France l'échec est mal vu ce n'est pas le cas aux USA et tous les grands entrepreneurs ont connu des échecs.

Son idée pour Priceminister lui est venue aux USA et sa rencontre avec Pierre Krings a été déterminante pour se lancer dans l'aventure. En 2000 l'équipe des trois mousquetaires est née avec des personnes ayant toutes la même foi et les compétences complémentaires pour réussir. En 2009 Priceminister sera leader du e-commerce en France.

Le lecteur peut voir les différentes étapes de la construction de l'entreprise avec beaucoup d'anecdotes et d'humour alors que tout n'a pas été simple, bien au contraire rien ne se construit sans souffrance et sans peine. Il y a la recherche de fonds, les problèmes de fonctionnement, les besoins d'expansion, la concurrence et tout ce qui fait la vie de l'entreprise.

Ce que l'on constate à travers ce livre c'est la grande amitié et cette grande confiance entre tous les cofondateurs et l'auteur met vraiment en valeur ses associés. Il explique qu'il faut des gens performants et travailleurs car s'il manque un maillon dans la chaîne cela ne peut pas bien fonctionner. Il n'y a pas de réussite sans un travail acharné et il ne faut jamais baisser les bras ou croire que l'on peut se reposer sur ses lauriers car rien n'est jamais gagné.

Ce livre est intéressant pour tous et facile à lire sans être expert en la matière. Ce que dit Pierre Kosciusko-Morizet peut s'appliquer dans tous les domaines et il donne un bonne leçon
d'humilité à tous. Beaucoup devraient en prendre de la graine!!


Catherine Chateau-Artaud

Roman

Dimanche 13 Juin 2010

Grace 0'Malley - Ann Moore

Que de plaisir à lire ce roman qu'on ne peut pas lâcher lorsqu'il est commencé tant l'histoire est prenante.

Le lecteur se trouve plongé dans l'Irlande du début su XIXè siècle dans une famille de paysans qui a du mal à survivre et dont la fille doit épouser un riche propriétaire anglais pour sauver sa famille.

Cela pourrait être une merveilleuse histoire d'amour entre le beau seigneur et la jolie Grace mais le beau Bram a déjà perdu deux femmes de façon mystérieuse et la belle Irlandaise va devoir subir son autorité et sa violence.

Elle en prendra vraiment conscience lorsqu'elle attendra un enfant et qu'il la battra pour ne pas s'être conduit comme il le voulait. Elle fera tout pour satisfaire les désirs de son mari afin que sa famille n'en souffre pas mais les évènements mettront à jour la personnalité de l'odieux et dangereux personnage.

A travers cette famille vous découvrirez la vie des Irlandais de cette époque sombre dont de terribles famines ont fait mourir tant de gens. Tout au long de cette histoire il y a également le combat des Irlandais contre l'oppresseur Anglais. Le lecteur comprendra mieux la haine qu'ont pu avoir les Irlandais car cette occupation provoquera beaucoup de souffrances à ce peuple de paysans devant payer sans cesse plus cher pour cultiver leur propre terre.

Morgan le meilleur ami du frère de Grace, très épris de celle-ci, sera un leader de la cause Irlandaise et se battra pour améliorer la condition de ses congénères. Morgan qui est un homme merveilleux et plein d'humanisme aurait du épouser Grace mais il n'a pas voulu demander sa main car il était trop pauvre et il pensait que le riche seigneur pouvait la rendre heureuse. Il l'aimera toujours et finira par obtenir un bonheur de très courte durée.

Ce roman est à la fois historique, triste et beau tout comme pouvait l'être la vie de cette époque.
Pour les âmes sensibles, préparez vos mouchoirs!!


Catherine Chateau-Artaud

Roman

Dimanche 30 Mai 2010

Misérable Miranda - Isabel Wolff

Un livre très sympa pour les vacances ou le weekend que je vous conseille.

Si vous ne connaissez pas Isabel Wolff n'hésitez pas à tenter l'aventure en lisant ce roman qui est plein d'humour et très prenant.

C'est l'histoire d'une psychologue animalière et vous trouverez dans les descriptions et le parallèle avec les humains beaucoup de vérités.

Miranda aime son métier mais elle a sur la conscience un acte horrible qu'elle a fait à l'âge de 16 ans et qu'elle veut réparer. Elle va n'avoir de cesse que de soulager sa conscience mais les évènements ne se dérouleront pas comme elle l'aurait espéré.

L'histoire en elle-même n'est pas drôle en soi mais il y a les anecdotes liées au métier de Miranda et il y a également l'histoire de sa mère séparée de son père qui élève des lamas et qui inventent plein de solutions pour vivre de la passion qu'elle a pour ces animaux. Il y a aussi Daisy, l'amie de Miranda qui veut absolument se marier avec un homme qui n'a pas du tout les mêmes centres d'intérêt qu'elle.

Bien sur il y a des invraisemblances et là aussi par moment le lecteur sait ce qu'il va arriver c'est aussi une belle histoire d'amour et cette lecture permet un bon moment de détente.

Catherine Chateau-Artaud

Policier

Dimanche 30 Mai 2010

Labyrinthe - Kate Mosse

Pour les férus de l'histoire des cathares et de la vie au XIIIe siècle voici un livre qui devrait leur plaire
car tout en étant romancé il reste au plus proche de la réalité historique.

Ce livre de plus de 800 pages passe du XIIIème siècle au XXIème avec deux histoires qui s'imbriquent l'une à l'autre ainsi que des personnages qui semblent être revenus à notre époque pour accomplir leur tâche.

Au départ une équipe d'archéologue effectue des fouilles dans le sud de la France et Alice qui est venue donner un coup de main à son amie fait une découverte surprenante. De là démarre une recherche du style de Da Vinci code mais il y aura sans cesse des allers retour entre l'histoire d'Alaïs qui est une jeune femme vivant dans le Languedoc du Moyen-âge et Alice. Alaïs va devoir protéger le secret du trésor des templiers au péril de sa vie alors que nous nous trouvons en pleine période de l'inquisition et qu'il va y avoir un véritable génocide des cathares. Malheureusement Alaïs sera sans cesse poursuivie et elle aura une grande ennemie en sa soeur qui sera à la recherche du trésor.

De son côté au XXIè siècle Alice va devoir aussi éviter bien des pièges car certaines personnes sont à la recherche du graal et sont prêts à tout pour s'en emparer.

J'ai trouvé que la vie de cette période troublée du Moyen-âge était bien menée et le parallèle entre les deux époques ne m'a pas dérangé. Toutefois j'ai trouvé quelques longueurs et je ne suis pas férue d'ésotérisme et d'évènement paranormaux. A quelques moment, comme dans tous livres de ce style, j'ai été un peu énervée par le manque de prudence des personnages car je savais à l'avance ce qu'il allait se passer .

Malgré ces moments de déception dans l'ensemble j'ai trouvé cette lecture très prenante et j'ai pris du plaisir à lire ce thriller.

Catherine Chateau-Artaud

1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 50