Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Le créateur doit être libéré de tout soucis financier ?



Le créateur doit être libéré de tout soucis financier ?
Rediffusion du 15 mai 2007


Le créateur d’entreprise doit-il avoir ses propres deniers dans l’entreprise est une question que beaucoup se posent ?

Certains capitaux risques de proximité comme Invest-Y mettent la condition à leur investissement que le porteur de projet s’engage personnellement dans le capital de son entreprise. Ce qui se comprend car après tout, pour un investisseur extérieur, pourquoi investir dans une entreprise si le porteur de projet lui-même n’y croit pas !

Après deux créations d’entreprise, où j’ai mis mon capital et exclusivement mon capital sans faire appel à aucun capital risque, l’expérience me fait avoir une autre vision des choses.

Bien sûr on y croit et on se dit, je ne veux pas que les capitaux risques me prennent la majeure partie de mon capital, c’est mon bébé et j’y dédie ma vie alors en novice tout cela on n’est pas prêt à le leur donner. Le problème avec cela, c’est que du coup la pression est trop forte. Certes on va faire attention aux dépenses et gérer au mieux son capital mais on va être complètement obnubilé par ce dernier justement.

Avec du recul, je pense donc que le créateur doit être libéré du problème financier. Le créateur doit avoir dans l’entreprise des finances personnelles que de façon très limitées voire nulles. En effet, il pourra ainsi mieux prendre du recul et faire les meilleurs choix pour l’entreprise et son développement et non pas pour protéger son capital.

Un créateur ne doit pas passer sa vie à stresser pour son capital car du coup, il renonce à tout et surtout à son propre salaire or comment bien travailler sans rémunération. Bien sûr il n’en a que plus de mérite mais franchement le jeu en vaut-il la chandelle ? Par ailleurs, quand il voudra évoluer alors il se trouvera encore limité et devra faire appel à des fonds extérieurs. Le créateur exclusif va alors faire appel au Love Money (c'est-à-dire l’argent de ses proches) et le stresse ne va que s’amplifier car du coup ce n’est pas nous, mais c’est aussi ses parents et on ne peut pas se tromper sans leur en être redevables et vous imaginez la situation si l’entreprise ne fonctionne pas comme prévu. Comme c’est sa famille, on a son échec chaque jour face à soi et on doit le porter jusqu’à son remboursement complet. Difficile de tourner la page donc. Franchement ce n’est pas la bonne méthode pour la création je pense.

Si je devais refaire encore une entreprise, ce qui sera sûrement le cas un jour, je ne le ferai pas comme cela, je ferai appel à des capitaux risques professionnels qui s’occuperont de prendre en charge cet aspect de l’entreprise et laisseront développer mon idée et la mettre en œuvre. On ne peut pas tout avoir, il faut l’admettre et peut-être vaut-il mieux renoncer à son capital qu’à ce sentiment lourd et horrible à porter chaque jour de notre engagement financier.

Dimanche 20 Janvier 2008
Vanina Delobelle
Lu 1766 fois


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 1 Septembre 2014 - 16:07 Change management: what does that mean?

Vendredi 29 Août 2014 - 15:52 How to give feedback to your employees?