Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Un article ne s’écrit qu’une fois



Un article ne s’écrit qu’une fois
Rediffusion du 08 janvier 2007


Ne vous est-il jamais arrivé de perdre un article et d’essayer de le réécrire ? Moi si, plusieurs fois et à chaque fois c’était le même problème. En effet, je l’ai écrit une fois, il me plait, je le perd alors bien sûr j’essaie de le réécrire mais je ne peux jamais le réécrire de la même manière, il ne sonne plus pareil, il n’a plus les mêmes mots, en clair il passe souvent aux oubliettes et ne sera du coup jamais publié.

La conclusion c’est que je pense qu’un article ne s’écrit qu’une fois, à chaud et qu’il n’est jamais possible de réécrire deux fois la même chose. Les mots sont instinctifs, on trouve une fois les bons mots, quand l’idée est là, quand on est prêt à les écrire. Si on loupe ce coche, on loupe l’article. Les meilleurs articles s’écrivent d’un trait, en tous cas pour moi. Je ne cherche pas mes mots, ils sont spontanés et suivent ma pensée. Quand je souffre pour écrire, en général je ne suis pas contente du résultat, quand je dois écrire en dehors de mes moments d’inspiration, je ne suis pas non plus contente du résultat.

L’écriture, c’est comme une grande montée d’idée qu’il faut vite faire sortir de peur qu’elle ne revienne plus et du coup de perdre tous ces mots. Lorsque je dois m’y reprendre à plusieurs fois pour écrire un article, mieux vaut ne pas l’écrire, ce n’est tout simplement pas le moment. C’est pour cela que nous avons des moments plus propices à l’écriture que d’autres. Notre esprit est prêt à certains moments, à d’autres non. Quand on se force ou quand on veut absolument faire quelque chose de bien, on n’y arrive pas et on ne peut qu’être mécontent du résultat.

Par conséquent cet article a pris aujourd’hui la place de celui que j’ai réécrit pas moins de quatre fois « Qu’est l’employé pour l’entreprise ? » et qui ne me convient toujours pas…une autre fois peut-être mais je n’en suis pas sûre, je crois que pour lui c’est le chemin des oubliettes qui lui a été réservé depuis longtemps !

Dans le même registre : Article à chaud ou réfléchi?

Dimanche 17 Février 2008
Vanina Delobelle
Lu 2585 fois


1.Posté par JMO le 08/01/2007 01:03
C'est tellement vrai et quelle déception de le constater quand on n'a pas sauvegardé son travail et qu'on le perd par une mauvaise manipulation (une fermeture de fenêtre par exemple) : impossible de réécrire ce qui nous plaisait d'écrire quelques temps auparavant.

D'ailleurs j'ajouterai que j'ai du mal à terminer quelques brouillons de notes ou articles parce que l'étincelle n'est plus là, donc une fois commencé un texte, il faut le terminer tant que c'est fluide.

2.Posté par Mox Folder le 08/01/2007 01:52
Oui pareil pour moi, aussi ce qui m'arrive souvent c'est d'écrire un article avec une idée en tête et au bout de quelques ligne je m'aperçois que je part dans une direction différente (c'est ça de ne pas faire de plan), et au final ça peut avoir des allures d'un épisode des simpsons (d'ailleurs j'aime bien ce concept scénaristique dans les simpsons).

3.Posté par Vanina le 08/01/2007 07:21
Mox c'est aussi justement très intéressant de voir que souvent nous partons d'une idée et nous aboutissons à une autre dans notre raisonnement, simplemen parce qu'on écrit sur l'instant et que bloguer ce n'est pas faire une rédaction. Je te rassure, je ne fais pas moi non plus de plan !

4.Posté par Mox Folder le 08/01/2007 15:52
N'empêche je m'apperçois que parfois il faudrait ... ne serait-ce qu'en dégageant certains point importants de manière à articuler son article autour de ces points.

5.Posté par greg le 08/01/2007 18:01
Je suis tellement d'accord avec toi !

6.Posté par Tizel le 08/01/2007 19:40
Ce que j'ai remarqué aussi, c'est que des fois, je part avec une idée d'article bien précise, et que, quand j'ai finit de le rédiger, ça n'a plus rien à voir.

Cela m'a parfois incité à écrire plusieurs articles sur des sujets connexes.

Tizel

7.Posté par Vanina le 09/01/2007 04:00
Ca c'est en effet une des problématiques que nous rencontrons tous: commencer sur un sujet et finir sur un autre. Je crois que c'est en fait normal et c'est le propre de l'écriture. La pensée n'est pas statique et l'idée que nous avons à l'instant T n'est jamais la même qu'à T+1. Nous n'arrivons pas à l'exprimer et elle donne lieu à de nouvelles idées. C'est ce qui est super...notre propre esprit nous fait donc des surprises.

8.Posté par Frédéric Casagrande le 09/01/2007 16:39
C'est aussi le savant mélange entre l'inspiration et la préparation. Je t'invite à jeter un oeil sur cet article intéressant: [url:http://www.manuscrit.com/Edito/Auteur/Pages/@Aleph1_Inspir.asp]Muses ou labeur[/url].

9.Posté par henri k le 12/01/2007 08:48
1000 fois d'accord. D'où le drame qd j'écris un texte sur un doc word et que pour une raison ou une autre, je n'arrive pas à le retrouver et qu'il faille le réécrire...
Cependant, il m'arrive de très légèrement corriger une note a posteriori (orthographe, précision, grammaire) quand la spontanéïté conduit à des maladresses.
Henri

10.Posté par Jean-Marie Le Ray le 25/07/2007 08:51
Bonjour,

Je suis en partie d'accord, même si je trouve le "versionning" d'un billet - ou d'un texte en général - très intéressant et instructif.
Ce n'est certes plus le même article que le premier jet, mais les nouvelles versions y gagnent parfois en pertinence et profondeur.
Quant aux billets très élaborés (j'en commets quelques-uns au gré des humeurs et des circonstances), ils ne sauraient se satisfaire d'un premier jet mais demandent à être construits.
Quant à savoir si ces "pavés" sont adaptés au mode de rédaction sur un blog, les avis sont partagés, même si la tendance générale est à la publication de billets courts avec la fréquence la plus rapprochée possible. Ce qui est bon pour les souscriptions au flux d'un blog mais nuit souvent à la qualité de l'ensemble. Enfin, à mon avis !
Jean-Marie

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Janvier 2006 - 17:34 Blog versus Site Internet

Mardi 2 Juin 2009 - 00:01 Le temps réel n’exclut pas le contenu