Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Savoir arrêter son entreprise quand on est dirigeant



Savoir arrêter son entreprise quand on est dirigeant
Une des décisions des plus difficiles à prendre pour un dirigeant est d’arrêter une entreprise. En effet, il est très dur de se dire qu’on est allé au bout de quelque chose et qu’il est temps de passer à autre chose.

Mais pourquoi arrêter ?
L[Parce que ça ne marche plus.]l
L[Parce qu’on n’a plus de visibilité sur le développement.]l
L[Parce qu’on n’est plus la bonne personne et qu’il faut passer la main.]l
L[Parce qu’on a vendu et qu’elle ne nous appartient plus.]l

C’est qu’on s’y accroche à son entreprise surtout lorsqu’on l’a fondée. Arrêter c’est un peu comme abandonner un enfant que l’on a nourri pendant des années. On a vécu avec elle jour et nuit et puis un jour, plus rien. Le plus dur c’est d’arrêter quand ça ne marche plus car cela signifie avoir perdu l’espoir et ne plus vouloir se battre. C’est très dur car on peut continuer à se battre très longtemps, il y a toujours des solutions seulement il faut savoir aussi s’arrêter. Si l’acharnement thérapeutique n’est pas bon pour les hommes, il ne l’est pas non plus pour les entreprises.

Michel Archawski du Club de Créateurs d’entreprise des Yvelines a dit un jour : « quand ça ne marche pas, ça ne sert à rien de s’acharner, mieux vaut tuer une entreprise et repartir du pied gauche plutôt que d’en arriver à se mettre dans des situations très difficiles pour ne pas avoir su arrêter. Un chef d’entreprise doit aussi savoir se préserver et ne jamais salir son nom. »

Je crois que ces paroles devraient retentir dans les oreilles de chaque entrepreneur au cas où il ait besoin de prendre une telle décision. Savoir arrêter c’est aussi le rôle d’un dirigeant. Un bon dirigeant est un décisionnaire. Il doit savoir prendre des décisions agréables et moins agréables. Devoir licencier n’est pas non plus une décision facile et il ne le fait certainement pas de bon cœur mais lorsqu’il s’agit de sauver son entreprise ou encore de préserver les autres emplois, il doit le faire. Admettre aussi que l’on n’est plus la bonne personne pour gérer l’entreprise (parce que souvent le créateur ne peut pas rester le dirigeant lorsque l’entreprise prend de l’ampleur) n’est pas chose facile car c’est admettre sa limite.

Savoir créer c’est donc aussi savoir arrêter et ce point est à intégrer dès le début, vous verrez ce sera plus facile !


Lundi 25 Septembre 2006
Vanina Delobelle
Lu 16266 fois


1.Posté par edonis le 25/09/2006 08:36
Je suis d'accord sur ce post et il est vrai qu'il est souvent difficile d'admettre que l'on est plus capable pourtant chacun a ses limites et c'est normal

Par contre, une fois dans le système n'est-il pas compliqué de se rendre compte de cette inaptitude nouvelle. Renoncer à son entreprise c'est renoncer à une bonne partie de sa vie. Je pense que beaucoup n'ont tout simplement pas conscience que le problème c'est eux.

De même, comme dans un précédent billet où tu évoquais le passage de flambeau, il est important de s'y prendre à l'avance vu la complexité de la chose.

Etre entreptreneur c'est prendre des décisions pour la perennité de l'entreprise. Beaucoup ne prennent pas la décision d'arrêter au point d'arriver au stade de non retour ... Dommage

2.Posté par Vanina le 25/09/2006 08:41
Bonjour Edonis,
En effet c'est très difficile et c'est pourquoi le chef d'entreprise doit toujours garder sa lucidité et prendre le temps de prendre du recul. Trop se trouvent submergés par les tâches quotidiennes et peu pensent à se "retirer" un peu pour faire le point et voir les choses telles qu'elles sont. Par ailleurs, il est très difficile d'admettre qu'il va falloir passer à autre chose car il y a toujours des moyens de continuer. Mieux vaut savoir s'arrêter avant que d'en arriver au point de non retour comme tu le dis.

3.Posté par Julie Calmier le 25/09/2006 09:46

C'est amusant parce que si on remplace l'entreprise par le couple, l'article fonctionne également...Pour un peu que les employés soient perçus comme les enfants, on rechigne toujours au divorce ;-)

4.Posté par Julien Scamps le 25/09/2006 09:50
Pour ma part, le plus dur serait de me séparer de collaborateur. Et si il s'agit d'un dépot de bilan, ca doit carrément être l'horreur....
La solution trouvée par notre Patrice planteur de fraise est simple : Il vend au moment ou la taille critique de l'entreprise l'oblige à embaucher.

5.Posté par Mox Folder le 25/09/2006 16:07
Pour Patrice c'est aussi un peu une situation d'échec. Il a avoué lui même avoir trouvé ses limites de gestionnaires. D'un autre coté il a aussi reussi à passer le flambeau au bon moment, d'autre se seraient peut-être accroché à tort...

6.Posté par Vanina le 25/09/2006 17:06
C'est aussi cela être un bon dirigeant, c'est de savoir passer le flambeau à temps. Je pense qu'il a certainement bien fait. En tous cas, il s'en sort avec les éloges et un jolie somme. S'il avait continué peut-être que son entreprise n'aurait pas su passer le pallier suivant.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Mars 2014 - 14:25 What is failure?

Samedi 15 Mars 2014 - 14:24 Loyalty?

Jeudi 14 Mars 2013 - 16:05 Lean In: an interesting fact…