Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Préserver son image sur le web



Préserver son image sur le web
Nous sommes de plus en plus présents sur la toile. Il suffit de googliser son nom pour voir le nombre de liens faisant référence à vous. On laisse des traces partout et peut-être que certaines traces, on préférerait les cacher. Par ailleurs, l’exposition publique à laquelle on fait face avec le web peut entraîner toutes sortes de liens vous concernant, certains que vous maîtrisez et certains que nous n’auriez pas souhaité parce que un tel ou un tel se permet de répandre des informations à votre sujet, peu florissantes.

Jacques y faisait référence dans cet article en disant le poids que cette trainée internet pouvait avoir surtout lors d’une recherche d’emploi où de nos jours, chaque recruteur ne peut s’empêcher de faire des recherches numériques sur les candidats.

Moi, je crois que comme toute information, il faut la vérifier et ne pas s’arrêter à un lien renvoyé par google sur une date bien lointaine sur des propos ou une action que l’on a pu avoir dans son « enfance ». Cela voudrait-il dire encore une fois, que l’erreur n’est pas permise et que l’on trainerait ses fantômes toute sa vie sans jamais pouvoir s'en débarrasser ? Je trouve ça un peu lourd de conséquences, alors arrêtons-nous un peu.

Pour ceux qui auraient déjà subi les mauvaises intentions d’une personne jalouse dont le seul but était de mettre un point noir sur la feuille trop blanche, sachez qu’il exister désormais des moyens de s’en préserver. La société Reputation Defender peut déclencher une action en justice pour effacer certains liens non désirés salissant votre réputation internet.

Ce que je trouve encore mieux, c’est le service proposé par la société Opinity qui vous permet d’annoter les différents liens faisant référence à votre nom, soit en donnant une explication, soit en démentant, soit en rectifiant. Vous pouvez ainsi vous défendre des accusations faciles qui peuvent être portées à votre égard au travers du web. Trop facile jusque là puisqu’on pouvait dire tout et n’importe quoi sans trop pouvoir y faire grand chose. Et bien comme toujours, les temps changent et maintenant on a des moyens pour y remédier.

Je crois que ce qui serait encore mieux c’est que certains ne prennent pas tout ce qu’ils lisent pour argent comptant car n’oublions pas non plus que plus une personne a de la visibilité et plus elle attire les jaloux prêts à dire n’importe quoi juste pour noircir une image. Le net, c’est formidable, il y a plein d’informations de toutes natures et ceci pour notre plus grand plaisir. Sachons aussi vérifier nos sources et ne pas s’arrêter à un seul lien.

Si certains ont déjà vécu une telle situation, je serais heureuse d’entendre votre témoignage. Les bonnes pratiques sur Internet doivent aussi être mises en place et c’est aussi à nous de les définir !


Jeudi 12 Avril 2007
Vanina Delobelle
Lu 2156 fois


1.Posté par Marie le 12/04/2007 07:46
De tout l'intérêt d'avoir un nom et un prénom parmis les plus courant de France et Navarre ;)

J'ai lu l'autre jour sur Jobetic une interview d'un consultant en recrutement disant qu'il n'avait certainement pas le temps de googliser chaque candidate et lire tout ce qu'il aurait pu trouver.
Je trouve dommage que ce consultant ait borné son discours de cette façon : ce que l'on comprenait au final c'était "un CV dans une CVthèque ? un blog ? ça ne sert à rien. Inscrivez-vous sur un site de réseautage je vous trouverais peut être".
Il s'agit là bien entendu d'un avis personnel, comme trop souvent présenté comme une vérité absolue.

D'ailleurs, pour moi qui n'ai pas de "blog emploi", pour vous qui parlez sur les votre de votre activité, de votre secteur et de vos idées : cela vous a-t-il un jour aidé, pour un recrutement notamment ?

2.Posté par Vanina le 12/04/2007 08:36
Super intéressante cette remarque. Alors Marie, je peux dire que ça c'est encore quelqu'un qui n'a rien compris à l'intérêt du web 2.0, c'est pas grave, comme tout le monde il sera bien obligé d'y venir tôt ou tard:)

Sérieusement, je sais que de plus en plus de recruteurs googlisent. Par exemple quand j'ai été embauchée chez Monster, mes boss l'avaient fait et surtout avaient lu mon blog...comme quoi c'est pas tout à fait inutile pour se faire une idée sur une personne. Bien sûr je reste persuadée qu'un blog ne fait pas tout et qu'il n'est qu'un des outils du recrutement. Un recruteur ne va pas lire un blog au moment de sa sélection mais plus on avance dans le processus d'embauche, et plus je pense que là un blog peut être un outil intéressant pour un recruteur. Cependant (j'avais déjà écrit un article sur le sujet Un blog pour booster votre carrière? on ne doit pas faire un blog dans le but de trouver un job car c'est la meilleure façon de se planter. Un blog ça se construit et ça doit se vivre sinon il aura peut d'intérêt.

3.Posté par Cath le 12/04/2007 09:38
Bonjour Vanina,

Intéressants tes liens, je ne me suis pas "auto-googlelisée" mais si je trouve des grosses horreurs/erreurs, je sais au moins à qui m'adresser à présent !!!

Hier, j'ai revue une coach dans le domaine de la recherche d'emploi et elle m'a dit : "méfiance avec votre blog, cela peut vous servir autant que vous desservir".
Je lui ai répondu "si cela me dessert, c'est que l'entreprise ne convient pas à des gens comme moi, tout le monde gagne donc du temps !".
(l'an dernier, j'ai souffert quelques mois au sein d'une boite en raison d'une erreur de casting... et n'ai vraiment pas envie de recommencer).

Dans la suite de la conversation, et alors que je lui avais communiqué mon url depuis 3 semaines, elle m'a avoué qu'elle n'avait pas encore eu le temps de la consulter...

Moralité, comme tu dis : dès qu'un recrutement est en phase 2 et que le poisson est vaguement "ferré", blog et recherches internet interviennent. Pas avant.

Moralité 2 : je reste persuadée que le ton d'un blog, et surtout l'enthousiasme qui en ressort par son degré d'animation, d'exigeance, d'humour ou autre, reste le meilleur ambassadeur d'un individu. Et notamment permet d'évaluer son degré de courage.
Par contre, ne suis-je pas idéaliste, et un trop grand courage ou enthousiasme ne sont-ils pas rédibitoires par les temps actuels ?

4.Posté par Mox Folder le 12/04/2007 17:19
Ça ne m'est jamais venu à l'esprit de googleiser des candidats et si à l'avenir ça me venait à l'esprit je me refuserais à le faire.

(évidemment ça dépend du poste mais mis à part des postes sensibles qui demandent un minimum d'enquête - dans la sécurité par exemple - je pense que cela ne se justifie pas).




5.Posté par Vanina le 12/04/2007 17:40
Ben tu n'es pas assez curieux alors:) Moi j'aime bien savoir avec qui je fais "affaire" et connaître qui j'embauche. C'est aussi une façon de s'intéresser à la personne sans pour autant y voir un mauvais aspect derrière.

6.Posté par Mox Folder le 12/04/2007 21:45
Alors je suis d'un naturel trés curieux mais j'ai aussi des principe et googleiser quelqu'un pour moi c'est comme entrer dans sa sphère privée. Quelque part c'est entrer dans la vie privée des gens.

Si la personne donne son site web ou son blog sur son CV alors ok je vais aller y faire un tour voir quoi il en retourne... mais pour le reste je me refuse à aller plus loin et faire des recherches qui dépasseraient le stade des données que le candidat aura communiqué de son plein grés : d'une part ça peut altérer mon jugement et à l'heure ou les entreprises souscrivent de plus en plus à des codes d'éthique en matière de recrutement c'est un point qu'il me semble important de respecter, d'autre part comme je l'ai dit ci dessous on pénètre là un cercle autre que strictement professionnel.

7.Posté par Jacques froissant (Altaïde : le Recrutement 2.0) le 13/04/2007 00:31
(appuyé trop vite, je continue là donc).
Les informations auxquelles je suis sensible à deux stades du process de recrutement :
- en phase de tri de CV : mieux connaitre une société où a travaillé un candidat si je la connait pas ou mal, si manager voir si son nom apparait sur le site de l'entreprise en question, si il a un blog un coup d'oeil plus ou moins rapide (peux permettre de conforter l'envie de voir le candidat)
- au moment de l'entretien (juste avant ou pendant) : lecture du blog plus approfondie, recherche LinkedIn + Viadeo pour comparer avec le CV et voir qui est dans son réseau, recherche Google pour voir une activité professionnelle (du type publication, présence conférence, intervention sur forum ou blog,...).

Si il y a des décalages le fait de l'avoir fait avant ou pendant l'entretien me permet de demander directement au candidat une explication. Exemple : vous avez mis Directeur marketing sur Viadeo alors que sur le site de votre société vous apparaissez comme Chef de Produit ?

Avantages : plus de clarté pour tout le monde et vérification immédiate, permet de quasiment faire une prise de références en direct (exemple : Vous avez Vanina Delobelle dans votre réseau ? Oui. Vous la connaissez bien ? Oui, on a travaillé ensemble chez Siebel. Si je l'appelle qu'est ce qu'elle pourra me dire sur vous ? ....) ;-)

8.Posté par Jacques froissant (Altaïde : le Recrutement 2.0) le 13/04/2007 00:43
Visiblement la première partie de mon message n'est pas passée !! Décidément !
Alors je disais :

Marie : un consulant (je crois le même) avait écrit un jour sur mon blog que les managers type DSI n'avait aucunement le temps de tenir un blog. Pour reprendre ses termes de l'époque "selon vous, une fois son « travail» journalier réalisé, combien de temps reste-t’il à un Jean-Pierre Corniou pour rédiger des articles sur son blog ?"
Le même Jean-Pierre Corniou (à l'époque DSI Renault + Patron du Syntec) clot lui même l'échange en expliquant pourquoi il a un blog et l'intérèt que cela représente (voir ici : http://altaide.typepad.com/jacques_froissant_altade/2006/02/chasseur_de_tte.html ) !!! Assez savoureux comme conclusion !
Les gens qui savent tout sur tout sans poser de question ou expérimenter, j'adore ...

9.Posté par Vanina le 13/04/2007 06:40
@Mox: je pense que si on fait le choix d'être sur internet, c'est faire le choix d'être visible alors après faut pas s'étonner d'être trouvé...

@Jacques répondant à Marie:) : tenir un blog ça peut être un hobby. Comme certains vont jouer au golfe ou faire autre chose, d'autres peuvent écrire (et en l'occurence un blog) donc je ne vois absolument pas la relation entre un poste à responsabilités et la tenue d'un bog...est-ce que tous les CEO n'ont pas de vie en dehors de leur travail...pfff ouvrons-nous un peu l'esprit. Ces managers web 2.0 deviendront de plus en plus nombreux. Comme je l'avais écrit une fois, tenir un blog, c'est aimer écrire alors le faire sur le net ou le publier, ce n'est que le support qui change et autant que je sache, de tous temps, écrire a toujours été une activité très "respectable"...ce consultant changera certainement un jour d'avis:)

10.Posté par Cath le 13/04/2007 11:42
Bonjour !

Je comprends les réticences de Mox vis-à-vis d'une invasion de la vie privée, et entend ce discours trop rarement pour ne pas le souligner ici :)

D'un autre côté, comme dit Vanina, dès que l'on se donne une visibilité sur le net ou ailleurs, on ne doit pas s'étonner que cette visibilité soit exploitée, voire sur-exploitée (les "peoples" me font toujours rigoler avec leurs atteintes à la vie privée... !). Perso, n'ayant rien à cacher (que je sache), cela ne me gène pas.

Par contre, il y a des limites dans l'espionnite et surtout sans le moindre contrôle ni en matière de droit du travail, ni en matière de respect des libertés individuelles (et ce, à l'insu du principal intéressé = le candidat) :

je connais l'ex DRH d'un très grand groupe de distribution (à la retraite à présent) qui, à l'insu de ses candidats (et qui eux, n'étaient pas en quête de visibilité, simplement d'un poste) faisait mener des enquêtes sur la vie privée ainsi que les convictions politiques, religieuses ou sexuelles.

En allant très loin et en s'arrêtant à tous les "petits caillous".
Et pas pour des postes très élevés en outre.
Et en utilisant tous types de réseaux en France, y compris le Rotary.

Je crains que ce type d'individu ne soit pas unique en son genre....

Pour conclure et tâcher d'ouvrir la boite et le champ des possibles : il me semble que certaines personnes sont particulièrement douées pour le recrutement.

Elles "sentent" si la personne en face est bonne pour ce casting-là ou pas. Et d'expérience, ne font jamais d'erreur.

Ce qui n'est pas le cas de nombreux enragés de l'enquête sous toutes ses formes (sauf effectivement, comme le dit Mox, pour un job nécessitant un haut degré de sécurisation), qui se font avoir dans les méandres des "bons" mots des uns ou des autres, voire des bobards super bien ficelés et totalement invérifiables.

Déjà que la profession de chasseur de tête laisse VRAIMENT à désirer (sachant que n'importe qui peut ouvrir une office, sans aucune expertise, et activer la pompe à fric), si elle sombre en plus dans le techno-machin, on peut se préparer à des générations d'incompétents, mais propres sur eux, à tous les échelons des entreprises françaises.

Les pépites seront parties voir ailleurs.... !
Seront ?
Sont !!!

Très amicalement et bonne fin de semaine (le WE va être chaud)

11.Posté par Mox Folder le 13/04/2007 23:49
Les vrai question c'est : "que vous faites si en cherchant sur google vous apprenez que le candidat est un ancien activiste politique ou qu'il a déjà été condamne pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ou bien encore que vous vous apercevez qu'il a des fréquentations peu fréquentables, ou bien même que la personne à déjà fait une tentative de suicide ou à déjà été en dépression etc..."

Je vais aller un peu plus loin, en ce moment on parle beaucoup des déclarations de sarko sur la génétique et le déterminisme. Alors qu'une grande majorité semble trouver un consensus sur le non-détermisme (il n'y pas de gêne de la pédophilie par exemple), il y en qui trouvent normal de googleiser un candidat "pour savoir avec qui on fait affaire". On a beaucoup parlé du film Gattaca, souvenez-vous dans ce film un recruteur prélève le sang d'un candidat pour en analyser l'ADN. Dans le fond je pense que Googleiser un candidat revient à faire la même chose.

Vous allez me dire qu'on peut se protéger en utilisant un pseudo, en faisant attention à ce qu'on écrit sur le web etc... certes mais personne n'est à l'abris : d'une part d'une usurpation d'identité, et d'autre part que quelqu'un balance des infos qu'on ne peut pas maitriser. Enfin internet n'a qu'une dizaine d'années, qu'est ce que ça va être dans 30 ans avec un web qui croit exponentiellement ???


12.Posté par ThierryD le 14/04/2007 15:58
Pour compléter ce billet sur l'identité numérique, j'ai fait le tour des écoles de commerce pour présenter Marketing-etudiant.fr, et j'ai pu faire une constatation inquiétente : les étudiants connaissent que très peu le contrôle de leur identité sur Internet. Pour preuve, très peu savaient ce qu'était Viadéo...
Vous pouvez lire le billet sur ma tournée des écoles de commerce et l'identité numérique pour les étudiants

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 17 Janvier 2006 - 17:34 Blog versus Site Internet

Mardi 2 Juin 2009 - 00:01 Le temps réel n’exclut pas le contenu