Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Michael Vendetta ou les limites du personal branding



Michael Vendetta ou les limites du personal branding
Pas vraiment là pour parler du personnage qui semble créé de toutes pièces (il se définit d’ailleurs lui-même comme un buzz) mais plutôt des limites d’un tel personal branding.

Quand on pense que derrière ce « buzz », il y a bien une réelle personne qui a encore toute la vie devant elle et qui n’a pas encore commencé sa carrière, on peut se demander ce que ça va donner.

En effet, quand on est allé si loin dans la « destruction » de son image en prenant tout le monde pour des imbéciles, comment faire ensuite marche arrière au moment où on aura repris la raison ou lorsqu’on aura tout simplement envie d’être autre chose ou encore si ça ne marche pas comme prévu (et oui dans la vie mieux vaut toujours avoir un plan B) ?

Je pense qu’il aura sûrement l’indulgence des moches qu’il aura décrié qui se diront que c’est une erreur de jeunesse et que chacun peut se tromper une fois dans sa vie, ou alors il aura des gens qui lui claqueront la porte au nez et agiront envers lui avec autant de dédain que ce qu’il peut leur montrer aujourd’hui. Bref une situation certainement pas facile mais comment est-ce possible d’aller si loin de façon consciente ? Soit des gens l’utilisent mais au bout du compte, c’est lui qui va en payer les pots cassés, soit c’est lui qui le fait et il faudrait qu’il commence à réfléchir aux conséquences de ses actes.

De façon général, vouloir se brander et faire parler de soi doit se faire avec un certain contrôle car cela peut devenir très néfaste dès que certaines limites sont dépassées. Comme je l’ai souvent dit, le buzz va très vite aussi bien pour le bon que pour le mauvais et il est souvent difficile de l’arrêter même si on le veut. En ligne rester maître de soi est important et quand on prend un parti pris, mieux vaut l’assumer et bien l’assumer.

Le journaliste qui a retracé la vie d’un utilisateur de Facebook m’a aussi fait réfléchir. L’utilisateur n’a pas été content car il a parlé d’atteinte à sa vie privée…oui mais…Quand on met des informations sur Facebook et en ligne, il ne faut pas ensuite se sentir offusqué si certains viennent les consulter. Si vraiment on veut rester anonyme, on ne va pas sur la toile…

Plus que de mettre en place une psychose et de parler d’atteinte à la vie privée, il vaut mieux responsabiliser les utilisateurs et faire en sorte qu’ils comprennent les conséquences de leurs actes. Si je dis sur la toile que je suis mariée, que j’aime les voyages et que je m’intéresse au marketing…what’s the big deal ? je sais ce que je partage et ce n’est pas un problème. Si maintenant j’ai d’autres activités plus personnelles, je ne suis pas non plus obligée de les partager avec tout l’auditoire et si je ne veux pas que ça se sache, je n’irai pas le mettre sur internet. Les gens tendent à oublier la différence entre public et privé…quand on est sur la toile…on est PUBLIC par définition !

Mardi 20 Janvier 2009
Vanina Delobelle
Lu 4096 fois


1.Posté par admorenoise le 20/01/2009 12:33
En attendant l'indulgence des moches, mister vendetta aurait bien besoin de conseils pour utiliser cette notoriété (certes très négative) pour contrer ce bad buzz. Mais bon, le produit n'est pas de bonne qualité à la base.

2.Posté par Mox Folder le 20/01/2009 17:17
Sur Vendetta je n'ai rien à dire, par contre que l'accessibilité des données privées, ça commence à me gonfler tout le foin qu'on fait au sujet de cette affaire entre paranoia et culte de la peur.

Si on peut sensibiliser les utiisateurs sur la protection et la confidientialité de leurs données, qu'en est-il se sensibiliser sur le fait de consulter des données d'autruis ? Doit-on considérer normal et moralemenet acceptable qu'un employeur aille consulter le profil Facebook d'un employé ou employé potentiel ?

Je vais utiliser une métaphore simple : je suis chez moi, je fais ce que je veux mais puis-je empêcher les gens de venir se coller aux fenêtres pour rentrer dans mon intimité ? Je vais quand même pas fermer mes volets constamment. Oui il y a un risque, je le connais, je sais que si je me balade à poil chez moi je prend le risque que des gens me voient par la fenêtre. Maintenanet ses gens ont aussi une responsabilité, il ont la responsabilité de ne pas violer mon intimité, ils ont la possibilité de ne pas prendre de photos, etc...

Actuellement on ne pose de responsabilité que sur l'utilisateur qui s'expose et je trouve ça bien dommage. Un emplyoeur - ou quiconque - qui irait farfouiller sur mon profil Facebook je trouve cela moralement moyennement acceptable.

Comme tu dis Vanina, on choisi soit même ce qu'on veut exposer ou non, mais on choisi soit même ce qu'on veut voir des autres ou non. Malheureusement il y aura toujours des gens mal intentionnés, il y a un risque certes, autant en être conscient, mais on ne doit pas psychoter là dessus non plus et il incombe à tout le monde d'être responsable.

3.Posté par Vanina Delobelle le 20/01/2009 20:35
Bonjour Mox,

Je trouve ton analogie intéressante. Cependant une maison est définie comme un lieu privé ce qui n'est pas le cas d'internet. Si l'utilisateur a une page privée avec un code et que ces informations sont consultées alors il y a violation. Si l'utilisateur met ses informations en libre accès je pense que ce n'est pas étonnant si certains viennent y mettre leur nez.

Par contre, je suis plus perplexe quant à l'interprétation de ce qui est trouvé (je reviendrai avec un article plus détaillé sur le sujet) car en effet, si un recruteur va sur Facebook et te voit en train de faire la fête, l'interprétation qu'il en fait n'est peut-être pas la bonne. Est-ce interdit de faire la fête pour être un bon employé? L'analyse au premier degré peut être néfaste et je pense que c'est à celui qui consulte ces données de savoir prendre du recul.

Prenons une autre analogie: les tabloids. Si on voit telle strar au cinéma avec telle autre alors tout de suite on tire des conclusions ... parfois fausses qui obligent le concerné à prendre des mesures. Autant ne pas tirer des conclusions trop hâtives en consultant les Facebook...même si certains peuvent s'y montrer pas toujours à leur avantage, cela ne veut pas dire qu'ils ne sont pas de bons employés...

4.Posté par Mars le 06/02/2009 16:46
Pour Michael Vendetta, on dit bien qu'il n'y a qu'une chose au monde qui soit pire que d'être l'objet de toutes les conversations, c'est de n'être l'objet d'aucune. Notre utilisation d'Internet ne doit pas être guidé par la peur d'être vu: si cette utilisation se veut honnête, elle doit s'exprimer en adéquation avec la réaction que l'on compte déclencher chez son public. Michael Vendetta est peut-être un peu épais mais il a le mérite de décoincer les usages et de nous rappeler que ce n'est pas parce que nous sommes en "public" et identifiables que nous ne pouvons pas dire ou faire tout ce qui nous passe par la tête. C'est d'ailleurs le coeur de son "message" (si si il y en a un) : l'auto-censure est la voie assurée vers l'échec. Et le buzz qu'il a créé autour de lui montre que ce message en interpelle plus d'un, qui aimeraient sûrement oser autant. Michael Vendetta n'a donc pas "mal maîtrisé" son personal branding (auquel cas il serait déjà aux oubliettes), il a juste hérité de ce qu'on appelle une mauvaise réputation, ce qui doit le faire doucement sourire. Plutôt que conseiller de séparer privé et public (ce qui est d'ailleurs une tradition très catholique), on peut donc conseiller aux internautes de témoigner en public de la même retenue dont ils témoignent en privé. En d'autres termes, le problème n'est pas de faire la fête ou de se courir nu sur le parking d'une boîte de nuit, mais d'affirmer et de montrer qu'on le fait. C'est un peu comme sortir une blague graveleuse à la table familiale: on a beaucoup de chance si ça fait mouche. Il ne faut donc pas "miser" au-dessus de ses moyens: plutôt que d'assumer (comme vous le dites) tout ce que l'on dit ou fait (ne dit-on pas que seuls les imbéciles ne changent pas d'avis ?), il faudrait à mon sens ne dire ou faire que ce que l'on assume pleinement, et ce malgré la distance (physique) qui nous sépare sur Internet de notre public, car c'est déjà s'isoler que de reconnaître cette distance, et c'est déjà mentir que de compter sur elle pour nous excuser de ce que nous faisons.

5.Posté par Vanina Delobelle le 06/02/2009 17:04
En effet, je pense que l'on doit assumer ses actes et ses idées mais je pense aussi qu'il faut réfléchir à ce qu'elles peuvent avoir comme impact en étant capable ensuite d'en assumer les retombées....et ça seul l'avenir peut le dire...certains vieux démons peuvent revenir alors qu'on voulait les enterrer. Difficile aussi de se déscotcher une étiquette.

6.Posté par Mox Folder le 06/02/2009 17:09
Salut Vanina, je n'avais pas vu ta réponse... je suis d'accord avec sur l'interprétation, mais tu sais très bien que l'être humain ne peux s'empêcher de juger.

Pour revenir à la notion de vie privée, je vais te raconter une anecdote. Une connaissance m'a raconté qu'il a surpris un de ses voisins avec un trépied et un appareil photo ou longue vue je sais plus matant sa femme en train de se déshabiller par la fenêtre. Imagine toi te faire surprendre par un tes voisins dans une telle situation. Bref il est allé se plaindre à la police, les policiers on répondu qu'ils ne pouvaient rien faire, chacun étant chez soit... Il n'empêche que lieu privé ou pas, les vitres d'une fenêtre sont transparentes.

7.Posté par Vanina Delobelle le 06/02/2009 17:11
Oui et c'est pour ça que mon mari s'affole toujours si je me trouve trop près d'une fenêtre en n'étant pas suffisamment habillée :)

8.Posté par Benoit le 27/03/2009 11:14
Salut Vanina,

J'aime beaucoup ta vision des choses dans la gestion du buzz par rapport à l'identité numérique. Je dois dire que je m'y retrouve sur de nombreux points dans ma campagne pour le Best Job In The World (le job de rêve en Australie, buzz mondial), durant laquelle j'ai beaucoup fait parlé de moi.

Les médias peuvent vraiment faire tourner la tête des gens, mais il faut savoir rester naturel du début à la fin, et c'était là le principal défaut de M. Vendetta.

Au plaisir d'en discuter avec toi et tes lecteurs :)

9.Posté par Vanina Delobelle le 27/03/2009 13:47
Bonjour Ben,

Je t'ai bien suivi dans ton épopée...en effet, un excellent buzz s'est passé autour de cet événement.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 29 Mars 2014 - 21:04 Quizup and Buzzfeed: Quiz apps forever

Jeudi 20 Mars 2014 - 19:42 Hot US IPO coming up in the internet space

Mercredi 19 Mars 2014 - 18:31 Life360: big brother on my data