Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Michael Vendetta ou les limites du personal branding



Michael Vendetta ou les limites du personal branding
Pas vraiment là pour parler du personnage qui semble créé de toutes pièces (il se définit d’ailleurs lui-même comme un buzz) mais plutôt des limites d’un tel personal branding.

Quand on pense que derrière ce « buzz », il y a bien une réelle personne qui a encore toute la vie devant elle et qui n’a pas encore commencé sa carrière, on peut se demander ce que ça va donner.

En effet, quand on est allé si loin dans la « destruction » de son image en prenant tout le monde pour des imbéciles, comment faire ensuite marche arrière au moment où on aura repris la raison ou lorsqu’on aura tout simplement envie d’être autre chose ou encore si ça ne marche pas comme prévu (et oui dans la vie mieux vaut toujours avoir un plan B) ?

Je pense qu’il aura sûrement l’indulgence des moches qu’il aura décrié qui se diront que c’est une erreur de jeunesse et que chacun peut se tromper une fois dans sa vie, ou alors il aura des gens qui lui claqueront la porte au nez et agiront envers lui avec autant de dédain que ce qu’il peut leur montrer aujourd’hui. Bref une situation certainement pas facile mais comment est-ce possible d’aller si loin de façon consciente ? Soit des gens l’utilisent mais au bout du compte, c’est lui qui va en payer les pots cassés, soit c’est lui qui le fait et il faudrait qu’il commence à réfléchir aux conséquences de ses actes.

De façon général, vouloir se brander et faire parler de soi doit se faire avec un certain contrôle car cela peut devenir très néfaste dès que certaines limites sont dépassées. Comme je l’ai souvent dit, le buzz va très vite aussi bien pour le bon que pour le mauvais et il est souvent difficile de l’arrêter même si on le veut. En ligne rester maître de soi est important et quand on prend un parti pris, mieux vaut l’assumer et bien l’assumer.

Le journaliste qui a retracé la vie d’un utilisateur de Facebook m’a aussi fait réfléchir. L’utilisateur n’a pas été content car il a parlé d’atteinte à sa vie privée…oui mais…Quand on met des informations sur Facebook et en ligne, il ne faut pas ensuite se sentir offusqué si certains viennent les consulter. Si vraiment on veut rester anonyme, on ne va pas sur la toile…

Plus que de mettre en place une psychose et de parler d’atteinte à la vie privée, il vaut mieux responsabiliser les utilisateurs et faire en sorte qu’ils comprennent les conséquences de leurs actes. Si je dis sur la toile que je suis mariée, que j’aime les voyages et que je m’intéresse au marketing…what’s the big deal ? je sais ce que je partage et ce n’est pas un problème. Si maintenant j’ai d’autres activités plus personnelles, je ne suis pas non plus obligée de les partager avec tout l’auditoire et si je ne veux pas que ça se sache, je n’irai pas le mettre sur internet. Les gens tendent à oublier la différence entre public et privé…quand on est sur la toile…on est PUBLIC par définition !

Mardi 20 Janvier 2009
Vanina Delobelle
Lu 4102 fois


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Août 2017 - 23:39 The biggest hurdles to digital transformation

Samedi 29 Mars 2014 - 21:04 Quizup and Buzzfeed: Quiz apps forever

Jeudi 20 Mars 2014 - 19:42 Hot US IPO coming up in the internet space