Vers un nouveau marketing...(Towards a new marketing approach...)

Les internautes ne s’attendent plus au tout gratuit



Les internautes ne s’attendent plus au tout gratuit
Les services internet ont désormais un prix et fini le temps du tout gratuit, quand on veut du service qui apporte de la valeur ajoutée, on est prêt à payer. Des Flickr et des Linkedin ont leur premium…beaucoup suivent ce chemin.

Il ne serait pas étonnant de payer des services pour lesquels nous n’étions pas habitués à payer dans le futur. Tout simplement parce que le tout gratuit atteint ses limites et tout le monde sait bien qu’une entreprise doit être profitable.

Ca c’est pour le statement général, oui mais…d’autres concepts alors payants passent au gratuit ou pseudo gratuit. Le dating online comme Downtoearth tente désormais l’approche gratuite. D’autres dans le domaine des annonces passent vers une simplification de la tarification.

Quand tout est gratuit, ce n’est pas gratuit pour tout le monde, le revenu principal est alors la publicité. Oui mais là encore la publicité a ses limites car il n’est pas possible d’augmenter les encarts indéfiniment. Par contre la croissance des utilisateurs peut elle augmenter de façon plus conséquente et si chaque utilisateur paie ne serait-ce que 3€ par mois…cela peut vite faire des grosses sommes.

Maintenant que les utilisateurs ne peuvent plus se passer d’internet et que leur « offre d’essai » est passée, beaucoup verront des factures apparaître.

Ces deux positions ont chacune leurs partisans. Je crois que l’offre de base doit rester gratuite car c’est une façon facile d’attirer les utilisateurs et de les fidéliser mais je pense aussi qu’un package premium doit exister notamment pour les utilisateurs avancés. Par exemple Flickr arrive à faire la transition très facilement à tel point qu’il paraît normal de passer au service pro très vite.

Maintenant je pense que la difficulté est de mettre en place un package qui apporte une réelle valeur ajoutée et qui fasse que l’utilisateur soit prêt à payer pour de tels services. La méthode la plus efficace est sûrement le package plutôt que le paiement au service mais le principe à la iTunes avec le « pay to go » est aussi à étudier en fonction des services à offrir.

Mercredi 4 Février 2009
Vanina Delobelle
Lu 2716 fois


1.Posté par Tizel le 04/02/2009 09:30
Les internautes se sont quand même pas mal habitués depuis quelques années au "tout gratuit". Il va être difficile de leur faire changer leurs habitudes.

Autre problème. Même si, dans l'absolu, les service premium sont peu cher, des petits couts mis bout à bout peuvent rapidement se révéler onéreux. Je ne peux me permettre de prendre un abonnement premium sur tous les réseaux sociaux par exemple. pourtant, j'ai des amis différents sur chacun d'entre eux.

Peut être faudrait-il avoir un regroupement entre certains sites pour pouvoir offrir des services avec une plus forte valeur ajoutée.

Tizel

2.Posté par frédo le 04/02/2009 12:02
Je suis d'accord avec Tizel sur son dernier point : le partenariat peut apporter une réelle valeur ajoutée (ou un valeur supérieure) à des services.
Le champs est sans doute trop vaste pour savoir si tel ou tel service peut se prétendre gratuit ou payant. Même si, effectivement, nous sommes de plus en plus enclins à payer (un peu) pour avoir plus.

3.Posté par catherine Château-Artaud le 04/02/2009 14:05
Pour ma part je me suis rendue compte qu'en mettant mon annonce de location sur un site payant j'ai beaucoup plus de retour. Les internautes préfèreront certainement payer pour avoir de meilleurs résultats
Je suis également d'accord avec Tizel.

4.Posté par Kevin le 06/02/2009 13:38
Bonjour,

En effet Vanina, ce modèle économique s'impose de plus en plus : le "FreeMium" ("Free" pour la gratuité de l'offre de base permettant de se créer une base de membre rapidement grace au viral ; et "Mium" de Premium pour avoir accès a des services en plus, ou a valeur ajoutée comme tu l'indiques).

C'est aujourd'hui la meilleure alternative a la pub (même si encore tres fortement utilisée : FB par exemple) et permet surtout de se constituer une belle base de membres. Fini le temps du 100% gratuit !

Prenons l'exemple de ex-Viaduc (la belle époque Vanina, n'est-ce pas ?)... Beaucoup de membres rapidement (modèle 100% gratuit), puis évolution vers ce modèle FreeMium pour devenir "membre premium" et avoir le droit d'entrer en relation avec de nouveaux contacts.
C'est le cas de Linkedin, Flickr, Di.fm... ainsi que tous les "addict games" (cf http://www.globaldev.fr/site/2009/01/laddiction-un-nouveau-modele-economique/) ...

Pour Tizel, 100% d'accord sur les habitudes des internautes... Quant au regroupement, j'aimerais y croire... mais n'est-ce pas le meilleur des mondes ?
Ou alors, un nouveau business a monter : agrégateur d'abonnements remisés. Des partants ?

Bien a vous,
Kevin

5.Posté par SimonLF le 06/02/2009 14:05
L'avantage du Freemium, c'est que l'offre de l'entreprise est clair : les utilisateurs du site savent comme le site gagne de l'argent.

En revanche il faut que le site ait un proposition de valeur très solide pour que les gens achètent :
- un service sans équivalent gratuit aussi simple
- une communauté
- des gains pour les clients (visibilité, commisions...)

et je vois pas énormement de sites qui en sont capables

6.Posté par druidux le 15/02/2009 23:19
le tout gratuit à une longue vie encore si le eu de service que j utilise actuellement passaient au payant y en a beaucoup dont je me passerais.

7.Posté par Engago Team le 21/02/2009 21:50
Le Free puisse exister si on sait vendre les données obtenus ou agrégées concernant ses utilisateurs.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 29 Mars 2014 - 21:04 Quizup and Buzzfeed: Quiz apps forever

Jeudi 20 Mars 2014 - 19:42 Hot US IPO coming up in the internet space

Mercredi 19 Mars 2014 - 18:31 Life360: big brother on my data